Le "11" made in RCRG de Jérôme Martin

Publié il y a 2 semaines par

J'ai signé à 21 ans et terminé à 41ans. Sans un problème de croisés, je serais certainement encore licencié.

Je ne retiendrai donc que trois joueurs:

-Moi-même, pour la simple raison que mon choix du tout frais RCRG à l'époque fût le bon.

Une 1ere division de district qui m'a permis de découvrir un club mais surtout une ville, mon choix étant évidemment sentimental et non pas sportif. Je laisserai à d'autres ce jugement.

-les deux autres joueurs resteront pour moi des extra-terrestres:

Phillippe Lairy et Christophe Gastel, jouer à ce niveau comme dans une cour d'école restera un grand mystère, aucune prise de tête, aucun sérieux, que du talent.

Sur une vingtaine d'années, j'aurai eu l'immense privilège de jouer dans toutes les équipes et ce avec la même envie. Tous les clubs ne permettent pas ce genre de dépassement. Une liste de joueurs me semble donc impossible.

Je remercie donc l'équipe D qui m'a vu devenir milieu de terrain,( en échange j'ai essayé de leur apprendre à faire des têtes, pas certain d'avoir été très bon pédagogue)

L'équipe C avec qui on a enchaîné 8 nuls à la suite pour parvenir à se sauver mais avec des guerriers (et des tensions parfois...)

L'équipe B surtout des piges, et l'équipe A . Tous les mecs avec qui j'ai joué, des montées , du jeu.

Pascal Kerneis comme entraineur pour son amour du jeu.

Pascal Pouthier pour m'avoir permis à 40 ans de faire un match en DH à Plouvorn (les cuisses de Yoch s'en souviennent encore).

Et Manu Heurtel qui comme joueur m'a appris le plus en si peu de temps. Après lui, tout est devenu simple (sauf les 6 mètres)

Jouer avec des gamins devenus vieux reste plus qu'un plaisir : un immense privilège, un honneur.

Je terminerai en musique: allez, allez le RCRG

Profitez... parce que quand ça s'arrête!

toute l'association

Commentaires